|

Rythme alimentaire et aliments favorisant l’équilibre métabolique

Rythme alimentaire et aliments favorisant l’équilibre métabolique

Pourquoi respecter le rythme alimentaire circadien (jour et nuit)

Pour maintenir un bon équilibre métabolique et nutritionnel, et contrairement à ce que l’on entend dire de plus en plus, il n’est pas nécessaire de « manger peu et souvent ».

Manger peu et souvent signifie occuper notre organisme toute la journée pour mener à bien les processus digestifs, qui sont longs et fatigants.

Il est évident que l’organisme a besoin d’occuper une partie du temps pour digérer, tout comme il a ensuite besoin d’utiliser les produits de la digestion pour toutes les autres activités. C’est-à-dire qu’à la fin, lorsque les protéines sont dégradées jusqu’aux acides aminés, lorsque les lipides sont devenus des acides gras, et lorsque les glucides sont devenus du glucose, ceux-ci doivent être utilisés pour les processus d’activité et de réparation du corps.

Il est donc anti-physiologique d’occuper trop souvent l’estomac, les intestins et les autres organes digestifs à produire des sucs gastriques, de la bile et des sucs pancréatiques.

Il ne faut pas oublier que le travail, qu’il soit physique ou mental, produit des toxines, qui s’ajoutent à celles produites par les activités vitales elles-mêmes, dont la digestion.

L’apport nutritionnel journalier doit contenir un équilibre de nutriments permettant de faire face aux besoins quotidiens, sans toutefois surcharger un organisme qui est de toute façon déjà occupé par ses activités vitales diurnes et nocturnes.

Mais la vie moderne nous oblige de plus en plus à vivre en dysharmonie avec les rythmes cosmiques et circadiens (jour et nuit) de l’organisme, nous exposant ainsi au risque de maladies du système digestif (Crohn, intestin irritable, maladie cœliaque, calculs biliaires, polypes intestinaux, diverticulite du sigmoïde, …).

Ne le fatiguons pas en grignotant toute la journée ou en mangeant la nuit.

Pour éviter les maladies du système digestif, il ne suffit pas de faire attention à ce que nous introduisons dans notre corps : il est également extrêmement important que les temps dédiés à la nutrition respectent le rythme naturel du corps humain.

Le premier organe endommagé par ce manque de régularité est le pancréas, qui doit gérer l’énergie pour le foie, lui permettant d’effectuer efficacement des centaines de réactions chimiques par jour.

Avoir un rythme alimentaire régulier permet d’alterner les phases d’activité et de repos digestifs, créant ainsi du mouvement dans les liquides corporels, ce qui est une source de vitalité et d’énergie. A travers ce mouvement l’état du corps, est en évolution permanente, ce qui favorise la guérison de nombreuses maladies.

C’est le fait de bien composer les trois repas de la journée, le petit déjeuner, le déjeuner et le diner, qui nous permet de ne pas ressentir la faim entre les repas et de disposer d’un maximum d’énergie pour nos activités. La façon de composer les trois repas de la journée est un savoir précieux qu’il est bon de se remémorer ou d’apprendre quelque soit notre âge.

La pomme, une aide pour préserver le ryhtme alimentaire

Comment choisir le petit déjeuner

Le petit déjeuner varie selon que vous le preniez tôt le matin ou que vous le preniez dans la deuxième moitié de la matinée, car les besoins de l’organisme ne seront pas les mêmes. En effet, à partir de 10 heures, le corps humain est en état d’éveil maximum :  c’est le temps d’agir et il ne devrait plus être occupé par l’activité digestive. Il est préférable que vers 10 heures il ait terminé la digestion du petit déjeuner, et dispose de ses nutriments pour les activités autres que physiologiques (physiques, intellectuelles, …).

Dans le petit déjeuner on doit trouver tous les éléments utiles pour couvrir les différents besoins d’un organisme en pleine activité : glucides, protéines, lipides, oligo-éléments et vitamines.

Voici un exemple de petit-déjeuner :

  • 1 fruit de saison, de préférence différent de celui des deux autres repas de la journée
  • Thé ou café au lait 
  • 2 tranches de pain
  • Purée de fruits (pommes, fraises, banane, …) et, en plus petite quantité, purée de fruits oléagineux (amandes, noisettes, noix de cajou, …) 
  • Du beurre si la purée de d’oléagineux n’est pas présente

La consommation de fruits le matin favorise l’élimination de tout résidu dans l’estomac et les intestins : grâce à leur teneur en fibres, les fruits frais induisent un transit plus rapide que les autres aliments du petit déjeuner.

Le pain a un IG (index glycémique) élevé, mais, consommé en quantités modérées dans un repas, ils ne constitue pas un problème. Ce glucide a un double rôle : il fournit de l’énergie à l’organisme, et, avant cela, il stimule l’activité du foie et de l’estomac, afin que la digestion soit plus facile et complète. L’ajout d’un apport de lipides (purée d’amandes, beurre) permet de ralentir l’emploi des glucides et éviter ainsi le pic de glycémie suivi d’une hypoglycémie.

Les lipides du petit déjeuner permettent de passer plus rapidement de l’état de réveil à celui d’éveil proprement dit, nécessaire pour accomplir nos activités de la journée.

Les protéines sont à la fois fournies par la purée de fruits oléagineux et par le lait, qui tous les deux apportent également du calcium et d’autres oligo-éléments. Le lait n’est pas facile à digérer pour tout le monde, et la purée d’oléagineux devient très importante pour les personnes qui doivent et/ou qui veulent exclure le lait de leur alimentation.

Le thé fournira une quantité importante de substances, dont la théobromine qui, comme la caféine du café, stimule les cellules nerveuses.

Ce petit déjeuner ne contient pas de sucres ajoutés. Il convient à la plupart des personnes, y compris celles pour lesquelles le travail du foie est difficile. Dans ce cas on doit à tout prix éviter une chute trop rapide de la glycémie, ce qui risquerait de priver le foie de l’énergie nécessaire à son fonctionnement.

J’insiste particulièrement sur le rôle du foie ainsi que sur la stimulation de son activité, car le foie est l’organe central de notre métabolisme et le premier à bénéficier du rythme alimentaire régulier.

Comment structurer les autres repas de la journée

Le déjeuner

Le déjeuner est le repas qui doit contenir le plus de protéines. Il sera donc constitué de préférence d’une part de viande, de poisson ou d’œufs. Il pourra être constitué de protéines végétales à condition que le foie ne soit pas en difficulté.

Nous pouvons accompagner les protéines avec des légumes crus ou cuits, pour leur apport en vitamines, et oligo-éléments. Certains d’entre eux sont aussi diurétiques et d’autres laxatifs. Le mieux est de varier le plus possible et les choisir parmi les légumes de saison non traités. Les légumes sont tous des antioxydants qui permettent de prévenir les maladies de dégénérescence comme le cancer.

On finira ce repas par un fruit de saison. La vitamine C présente dans les fruits frais permet de mieux assimiler le fer contenu dans la viande, évitant ainsi la sensation de fatigue, les palpitations et éventuelles difficultés respiratoires.

Le repas du soir est celui qui a pour tâche de soulager les tensions accumulées au cours de la journée.

L’alternance de la viande et du poisson permet d’apporter en quantité équilibrée du phosphore, utile au système nerveux, et du calcium, nécessaire entre autre au fonctionnement de la vésicule biliaire et donc à la digestion. L’équilibre entre sodium et potasse dans le poisson aide à réguler l’équilibre acido-basique des cellules.

Le rythme alimentaire régulier associé à des repas bien structurés permettent de préserver la bonne santé et de prévenir de nombreuses maladies.

Exemples de menus pour le déjeuner

Steak de bœuf
Fenouil cru ou haricots verts
50g de pain
1 pêche
Filet de poisson
Salade mixte
Melon ou 1 pomme
Faux-filet grillé
Salade mixte
Ananas
Longe de veau
Carottes crues
1 pomme

Le dîner

La quantité de protéines du dîner sera limitée à un tiers de celle  du déjeuner, et on favorisera plutôt l’apport de glucides pour leur pouvoir sédatif sur le système nerveux.

Le repas du soir est celui qui a pour tâche de soulager les tensions accumulées au cours de la journée. Les glucides peu élaborés seront à privilégier, en choisissant avant tout les amidons pour leur action bénéfique tant sur le système nerveux que sur les cellules hépatiques.

Les glucides présents dans les aliments tels que les pâtes, le riz ou les pommes de terre réduisent l’accumulation de graisses dans le foie, les tissus et le sang, avec moins de dépôt de cholestérol dans les vaisseaux sanguins. Ils protègent donc contre l’artériosclérose.

Des aliments comme les carottes, le beurre et les tomates nous fournissent du bêta-carotène, puis de la vitamine A, indispensable au maintien de la vue, à la santé des membranes cellulaires ainsi qu’à la croissance pour les plus jeunes.

La pomme crue en fin de repas apporte des glucides disponibles capables de développer la flore intestinale avec un effet balayeur qui accélère le transit intestinal. (Pas besoin de probiotiques 😉).

rythmes cosmiques et circadiens et ryhtme alimentaire

Exemples de menus pour le dîner

Pâtes à la sauce tomate
Carottes crues
50 g de pain
1 pomme
Riz bouilli assaisonné avec de l’huile d’olive et du parmesan
Asperges à la vapeur à l’huile et au citron
1 pêche
Pâtes à la sauce tomate,
Courgettes sautées à l’ail et à l’huile d’olive
1 pomme
Pommes de terre au four
Poêlée d’épinards aux oignons
Ananas

Conclusion

Le foie étant l’organe essentiel dans l’assimilation des aliments, bien structurer les repas de la journée permet d’en faciliter l’activité. Voici comment :

  1. On stimule toutes les fonctions liées au renouvellement des tissus par des protéines animales
  2. On associe aux protéines des aliments à la fois drainants grâce à leur teneur en eau de végétation, et riches en glucides solubles, rapidement disponibles pour les cellules du foie
  3. Une fois que le foie est activé, le reste de la digestion se produira avec peu d’effort pour tirer le maximum de bienfaits de chaque aliment.

Mais n’oublions pas que les repas doivent alterner avec des périodes de repos digestif pendant lesquelles l’organisme utilise son énergie pour les activités autres que la digestion. Ne le fatiguons pas en grignotant toute la journée ou en mangeant la nuit

Garder le rythme alimentaire naturel du corps humain, en respectant les cycles du jour et de la nuit et les saisons permet d’être en harmonie avec son corps et son esprit.

Publications similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *